Le blog de la transformation digitale des processus d’entreprises
Le blog de la transformation digitale des processus d’entreprises

Quand le futur des banques repose sur la technologie et l’externalisation

La survie des banques de détail passe par un changement radical de vision selon l’expert Roland Sin-Chan. Les services automatisés et l’externalisation forment leurs nouveaux gisements de productivité et de maîtrise des coûts, dans un nouveau monde bancaire où le client veut piloter ses opérations en temps réel. Senior advisor et président de société de conseil, Roland Sin-Chan est un ancien dirigeant bancaire, disposant de plus de trente ans d’expérience en tant que directeur des technologies et des opérations.

Apporter une expertise au-delà de la technique

Roland Sin-Chan
Roland Sin-Chan

Banque de détail et industrie automobile, même combat ? Sans doute, mais avec un temps d’avance pour les marques de véhicules qui ont cessé, depuis longtemps, de fabriquer leurs pièces pour se transformer en assembleurs d’une chaîne de valeur.

« C’est la mutation à laquelle sont confrontés les réseaux bancaires traditionnels. Face à l’érosion continue de leurs marges, ceux-ci doivent se focaliser sur les dossiers complexes, le conseil et l’expertise financière, affirme Roland Sin-Chan. Car à terme, tout ce qui relève des opérations classiques – comptes courants, liquidités, crédits – sera automatisé en combinant robots, intelligence artificielle et chaîne de blocs ».

Réinventer les services face aux natifs du numérique

Les raisons de la baisse continue du produit net bancaire sont connues : faiblesse des taux d’intérêt, réduction des commissions, maintien de coûts d’exploitation élevés. Ces phénomènes sont amplifiés par la montée en puissance d’acteurs nativement numériques et orientés clients : Boursorama, Orange Bank, ING, BforBank, Carrefour Banque, N26, Revolut…

« Dans ces banques de nouvelle génération, le client contrôle l’essentiel de ses services. Pour un coût marginal, il peut disposer de plusieurs comptes et cartes en plusieurs devises, effectuer des retraits et des virements partout dans le monde, souscrire un crédit en ligne… Quand il le souhaite, via son téléphone ou sa tablette. Pourquoi se priverait-il d’un modèle aussi simple, efficace et économique ? C’est la raison du succès de ces néo-banques ». 

Des opportunités technologiques à saisir

Si le numérique représente une menace, il constitue également un levier pour les réseaux bancaires traditionnels. « Aujourd’hui, plus aucune banque de détail n’opère en direct la gestion des chèques de ses clients. Demain, c’est toute la gestion des liquidités et des DAB-GAB qui sera confiée à des prestataires. 90 % des crédits à la consommation seront traités via des ‘usines numériques’ externalisées. Les crédits immobiliers simples prennent ce même chemin ».

Ce modèle d’automatisation – externalisation ne se contente pas de réduire les coûts. Il « injecte » de l’intelligence en s’appuyant sur des robots de relation client (chatbots), l’analyse et la mise à jour automatisées de dossiers, l’évaluation du risque client par l’intelligence artificielle. « L’automatisation et l’algorithme déchargent les banques sur le plan quantitatif – par la masse des données brassées – et qualitatif : capacité à repérer rapidement les bons dossiers, à conseiller les produits adaptés, … : bref, à exercer un vrai métier de banquier ».

L’externalisation, un atout aux normes

Selon Roland Sin-Chan, l’externalisation s’envisage d’autant mieux que les prestataires sont régulièrement contrôlés et tenus aux mêmes règles et normes que les banques. Tout en devant faire mieux dans le traitement des opérations confiées. « C’est le cas pour les renégociations de taux d’emprunt, si chronophages. Ou encore pour la mise à jour permanente des millions de dossiers clients. Faute d’un processus industrialisé, une grande compagnie française d’assurance a récemment dû payer une amende en dizaines de millions d’euros pour défaut d’actualisation… ».

Vers des services bancaires « augmentés »

Le futur des services et des marges de la banque de détail passe par un environnement « augmenté », dans lequel les technologies traitent l’essentiel de la production, laissant aux conseillers et experts les 10 % à 20 % de dossiers demandant un suivi individualisé.

« Les banques de détail n’ont plus de temps à perdre face aux néo-banques qui innovent et gagnent des clients chaque jour. Elles doivent industrialiser leurs opérations courantes en les sous-traitants, créer des alliances avec d’autres acteurs financiers et technologiques, se focaliser sur les domaines à forte marge et valeur ajoutée, en utilisant massivement les robots, l’analytique, l’I.A. et la chaîne de blocs. Elles doivent redevenir agiles, ouvertes et adaptables – y compris en termes de systèmes d’information – pour ne pas risquer le déclin », conclut Roland Sin-Chan.

Dans ce numéro

Digitalisation des crédits : au cœur de la transformation des banques !

 
De la phase d’instruction à la gestion de la vie du crédit, la plateforme Tessi Digital Banking offre une solution complète et sur mesure, adaptée aux marchés des particuliers comme des professionnels. Philippe Varache, Key Account Manager Secteur Banque, explique comment faire de l’automatisation des processus de crédit un levier de compétitivité !
5 min | Lire l'article
 
La survie des banques de détail passe par un changement radical de vision selon l’expert Roland Sin-Chan. Les services automatisés et l’externalisation forment leurs nouveaux gisements de productivité et de maîtrise des coûts, dans un nouveau monde bancaire où le client veut piloter ses opérations en temps réel. Senior advisor et président de société de ...
3 min | Lire l'article
 
Carrefour Banque s’est fait une place de choix dans les services financiers. En France, plus de deux millions de personnes sont détentrices d’une Carte PASS, sa carte de crédit renouvelable. Retour sur les prestations de numérisation et d’octroi de TESSI pour Carrefour Banque.
3 min | Lire l'article